Château Trianon, cela sonne comme une dépendance de Versailles … en fait, ce l’est.

Enfin presque.

En effet, avant que Michel Ohayon ne rejoigne Dominique Hébrard dans Château Trianon, il n’était question que de vin. Mais depuis, Château Trianon est devenu un projet hôtelier qui s’appuie sur son savoir-faire et sur le vin auquel il emprunte le nom.

Un vin relancé par Dominique Hébrard – ex Château Cheval Blanc -en 2001 qui a dans son escarcelle, un énorme potentiel soutenu par un puissant nez très agréable et une force qui annonce un patrimoine de garde royal.

 

Messieurs … la Cour !!!!

En fait de Cour, voici Michel Ohayon, Dominique Hébrard et Hubert de Boüard de Laforest, réunis dans une passionnante aventure humaine qui se boit déjà, Château Trianon.

Un Saint-Emilion dont le futur dépend d’un ménage à trois entre un homme d’affaires/entrepreneur, un ancien administrateur de Château Cheval Blanc et l’héritier et ancien directeur de Château Angélus.

Si la mariée est très belle, l’enfant n’est pas mal non plus.

L’histoire commence au début des années 2000, quand Dominique Hébrard rachète le domaine de Château Trianon.

Ayant été co-propriétaire et administrateur de Cheval Blanc, j’avais envie et besoin d’un challenge. Mais pas n’importe lequel.

Comme j’ai vécu à Cheval Blanc, je suis piqué au Cabernet franc, je suis Saint-Emilion pour toujours. J’avais, partant de là, deux options.

Soit reprendre une belle maison, soit reprendre une maison plus modeste mais à fort potentiel. En 2000, je rachète donc Château Trianon avec une démarche biodynamique raisonnée.

L’encépagement du Château Trianon est à forte dominante Merlot – 80%, avec un peu de Cabernet franc – 10%, de Cabernet sauvignon 5% et de Carménère pour 5%.

Après de lourds travaux en 2002, Château Trianon conquiert quelques belles lettres de noblesse avec blanc seing car, finalement, tout reste à écrire, tout reste à faire.

C’est ainsi que Hubert de Boüard de Laforest rejoint Dominique Hébrard en 2013 pour le conseiller.

Un an plus tard, Dominique Hébrard fait rentrer deux nouveaux actionnaires dans Château Trianon, An Enda et Marc Castagnet qui décident tout deux de passer la main à la fin de l’année 2015.

La Banque Edmond de Rothschild est alors mandatée pour trouver un ou plusieurs nouveaux actionnaires. Et c’est là que histoire rebondit … à Versailles ou à Bordeaux, suivant que l’on se trouve au Trianon Palace ou à l‘Intercontinental de Bordeaux, propriétés de Michel Ohayon.

Le hasard fait souvent bien les choses avec lui.

Ayant toujours un voire plusieurs coups d’avance, Michel Ohayon voit plus loin que le domaine viticole quand on lui propose Château Trianon.

Lui voit tourisme, gastronomie et, bien sur, vin.

Avec cette vision, il ne sera pas trop difficile de le convaincre du potentiel de Château Trianon, d’autant qu’avec Dominique Hébrard, Michel Ohayon partage le culte de l’ambition et de l’excellence.

Avec Michel Ohayon, on va avoir l’écrin pour le classement Saint-Emilion en 2022 … si il y en a un.

Pourtant, c’est avec humilité et sincérité que Dominique Hébrard présente leur désormais Château Trianon, n’occultant pas le chemin parcouru … ni celui qu’il reste à faire.

Un chemin en forme, entre autre, d’un grand hôtel, non, plutôt d’un palace, un Grand Trianon à l’image de l’hôtel Trianon de Versailles.

Lorsque l’on demande d’ailleurs à Michel Ohayon, quel est le budget de ses ambitions, il a une royale réponse:

Pas de budget, si l’on doit faire les choses, nous les ferons.

No limit !!!

Ce qui vaut également pour le domaine. Tandis que le cuvier devait être seulement rénové, il sera finalement remplacé car rien ne serait être trop beau pour ce projet d’envergure. Pour ce vin très prometteur à la belle robe rouge et au nez puissant.

Pour l’hôtel, Michel Ohayon parle d’un établissement luxueux d’une cinquantaine de chambres et de suites en capacité d’accueillir le mieux possible le monde entier car Bordeaux est connu partout.

Et tant qu’à être plus royaliste que le roi, la table devra être à la hauteur. Ce qui ne devrait pas poser trop de problème car Michel Ohayon apporte le plus grand soin aux tables qu’il propose quotidiennement.

Que cela soit au Trianon Palace avec le nouveau Chef Frédéric Larquemin accompagné d’une des épées de la Pâtisserie française, Eddie Benghanem, ou au Pressoir d’Argent Gordon Ramsay – qui vient de décrocher deux étoiles, la Gastronomie s’écrit avec une majuscule.

C’est pour cela que, prenant exemple sur ce qui se fait ailleurs, il envisage d’ouvrir un bistrot gastronomique avec Gordon Ramsay au Château Trianon ainsi qu’un potager pour maîtriser au plus près les produits.

Et, comme Louis XIV, Michel Ohayon rêve de grandes fêtes à Bordeaux comme à Versailles.

Mais quand certains se voient déjà Président, lui ne se voit pas roi pour autant en 2019, date prévue d’ouverture de son hôtel.

Cette ambition repose sur un manque criant à Bordeaux de grands châteaux capables de bien recevoir le monde entier.

Le monde entier n’est pas le domaine d’un roi, celui, prochainement peut-être de Michel Ohayon, Dominique Hébrard et Hubert de Boüard de Laforest qui, si ils tiennent les promesses des millésimes 2005, 2010 et 2012 de Château Trianon, peuvent rêver grand.

No limit !!! (Mark Skeuds & Olivier A.)

 

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le dernier numéro de MIAMIAMIAM, à télécharger gratuitement ICI.

Château Trianon, du vin, du vin, de la gastronomie ... et un palace !!! sur miamiamiam.com

SUPERFICIE
10 hectares
Vignoble en culture raisonnée
SOLS
Argilo-sableux sur crasses de fer, graves rouges
DENSITÉ DE PLANTATION
6000 à 7200 pieds/hectares
MOYENNE D’ÂGE DU VIGNOBLE
35 ans
TRIANON 2013
80% de Merlot, 10% de Cabernet Franc,
5% de Cabernet Sauvignon, 5% Carménère
RENDEMENT
36 hl/ha
VENDANGES
Manuelles, transport du raisin en cagettes
SÉLECTION
Réception gravitaire avec au préalable double table
de tri et double table vibrante
MACÉRATION PRÉ-FERMENTAIRE
À basse température
VINIFICATION
Parcellaire dans des cuves bois, béton et inox
thermo-régulées.
Extraction en douceur avec respect de paliers
de températures.
MACÉRATION POST-FERMENTAIRE
28/30°C
TRANSFORMATION MALOLACTIQUE
En barriques neuves et en cuves
ÉLEVAGE EN BARRIQUES
50% barriques neuves,
50% barriques d’un vin pendant 14 à 16 mois.
MISE EN BOUTEILLE
À la propriété
PRODUCTION 2013
32 000 bouteilles
SECOND VIN PETIT TRIANON


LAISSER UN COMMENTAIRE

*