René Redzepi, passé par les cuisines des célèbres frères Pourcel, est un héros des temps modernes, un explorateur du goût dont le dernier guide du routard s’intitule René Redzepi: A Work in Progress.

Le Chef du Noma – nommé à plusieurs reprises Meilleur Restaurant du monde par le très controversé 50 Best, depuis quelques jours, est également un héros de cinéma.

Effectivement, Noma au Japon, un film de Maurice Dekkers dont il est la vedette, sera sur nos grands écrans au mois de mars prochain dans un nombre de salles encore indéterminé.

En faire le pitch, sans avoir le talent de la talentueuse Elisabeth Quin, c’est pénétrer dans les cuisines d’un Chef étoilé qui a l’audace de transporter son restaurant dans celui d’un palace japonais.

Pendant deux mois en 2015, René Redzepi a fermé Noma situé à Copenhague pour faire une résidence d’un mois au Mandarin Oriental de Tokyo.

Un challenge à plusieurs étages car, bien sur, son équipe devait également relever le gant.

C’est donc un road trip gastronomique filmé sur le rythme du goût et de l’art de goûter – une chose qui se perd en cuisine comme en pâtisserie si l’on en croit les grands Chefs – que propose Noma au Japon qui est plus un film qu’un documentaire filmé.

Même si l’on ne doute pas de l’issue du film, on a hâte d’être au dernier jour, celui de la pression, de la tension ultime, celui qui séparera le rêve de la réalité.

C’est passionnant pour celui qui s’intéresse de près aux choses de la Gastronomie et c’est très intéressant pour celui qui aime tout simplement manger. Il parait qu’ils sont nombreux.

De la quête ultime de l’herbe, du bois, de la fleur qui fera la différence, à la mise en place d’une brigade dans un pays éloigné, Noma au Japon se mange avec délectation.

Avec gourmandise même. Les une heure et demie du repas film passent vite.

A tel point que l’on voit ni sommelier, ni de desserts dans cette exégèse cinématographique du goût. Un parti pris du réalisateur respectable qui mérite toutefois que l’on le souligne sans que cela nuise nullement à l’intérêt du film.

Car Noma au Japon est un film à manger goulûment, qui donne faim … de là à aller à Tokyo ou à Copenhague, c’est le spectateur qui décidera.

Si déjà il va voir Noma au Japon, il aura fait le bon choix. Sortie le 15 mars prochain. (Mark Skeuds)

Noma au Japon, un film à dévorer en mars prochain sur miamiamiam.com Noma au Japon, un film à dévorer en mars prochain sur miamiamiam.com Noma au Japon, un film à dévorer en mars prochain sur miamiamiam.com Noma au Japon, un film à dévorer en mars prochain sur miamiamiam.com Noma au Japon, un film à dévorer en mars prochain sur miamiamiam.com Noma au Japon, un film à dévorer en mars prochain sur miamiamiam.com Noma au Japon, un film à dévorer en mars prochain sur miamiamiam.com Noma au Japon, un film à dévorer en mars prochain sur miamiamiam.com

LAISSER UN COMMENTAIRE