Il n ‘y a pas si longtemps que cela, l’on se demandait si les conventions de disques étaient pérennes. Un peu comme les salons de vieux papiers, les salons de disques comme le CIDISC battaient de l’aile en fréquentation.

Il faut dire que la révolution digitale est passée par là mais, et c’est là la bonne nouvelle, pour la musique, le digital a tué le digital, pas l’analogique qui vit, lui, une seconde jeunesse.

En effet, le CD a été enterré au pied de l’arbre streaming et dans le même temps, le vinyl a ressurgi d’un passé pas forcément si lointain que cela.

Et avec lui, ce sont nos bonnes vieilles platines qui reviennent dans les magasins qui n’hésitent plus à les exposer comme des objets de tentation tendance.

Le vinyl a connu une année 2015 faste … si l’on la compare au business du CD qui s’effondre totalement partout dans le monde. Certes on est loin des ventes du début des années 2000 mais, non, le vinyl n’est pas mort.

Il se porte même très bien.

Tellement bien, qu’ici et là, on ne compte plus les projets qui tournent autour de la galette musicale.

Si il y en a un qu’il ne faut pas manquer, c’est la première convention de disques organisé par un passionné de musique et de vinyl, Denis Dantas.

Elle s’intitule Paris Loves Vinyl et se tiendra dimanche prochain – le 6 novembre 2016 – à l’Espace Reuilly dans le douzième arrondissement parisien.

On attend plus de quarante exposants dont certains viendront de très loin. Ces exposants ont été sélectionnés par Denis et son équipe afin de garantir aux visiteurs un choix des plus complets.

La musique noire américaine sera largement représentée mais l’on pourra trouver toutes sortes de sonorités, certes moins franchouillardes qu’au CIDISC.

La liste des exposants et tous les détails sont sur le site officiel de Paris Loves Vinyl. (Mark Skeuds)

 

Paris Loves Vinyl
ESPACE REUILLY
21, rue Hénard Paris 12

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here